Actuellement, l'Algérie est engagée dans un processus de modernisation de l'armée, qui comprendra l'introduction de nouveaux navires de guerre les plus modernes, des aéronefs et des avions de ravitaillement en carburant[7]. La frontière terrestre algéro-marocaine est fermée depuis 1994. Ce plus haut grade de l'ANP, n'ayant été détenu jusqu'à cette date que par l'ancien chef d'état major décédé Mohamed Lamari. », responsable ne signifie nécessairement pas être ministre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Actuellement, le chef d’état-major de l’ANP est chargé, en plus des missions qui lui sont confiées, de diriger le ministère de la Défense nationale (MDN) en tant que vice-ministre. En 2013, le président Abdelaziz Bouteflika nomme le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense. En début de fin de l'année 1962, l'armée a été restructurée en régions militaires (RM). Si la revue El Jeich de l’armée algérienne a fait l’impasse sur la question du Sahara lors de son numéro de novembre pour se consacrer exclusivement au référendum sur la Constitution, Et malgré cette panne financière, de nombreux accidents aériens et crashs ont endeuillé l’Algérie. Les choix de politique étrangère suivies durant les années 1970 et 1980, notamment l'adhésion au front du refus (aux côtés de la Libye, du Soudan, de la Syrie et du Yémen entre autres) ainsi que son engagement actif dans le soutien des causes indépendantistes lui vaudra, bien des années plus tard, une prise de distance de la part de certains pays occidentaux et arabes. Films. Sous le colonel Houari Boumédiène (1965-1979), l'État et les dirigeants de l'armée ont été unis sous un régime autoritaire en apparence mais fort disparate à l'intérieur, mais après sa mort, les rivalités entre les factions au sein des élites militaires et politiques ont été un facteur majeur de la vie politique algérienne. La SAFAV-MB a produit depuis sa création quelque 9000 véhicules tous usages alors que pas moins de 3200 ont été également programmés pour l’année 2017[42]. Les principales bases aériennes se trouvent à : Au sud les bases aeriennes de Biskra, de Ouargla, de Tindouf, de Béchar, de Meniaa et de Tamanrasset. Cet article répertorie les grades des officiers, sous-officiers et militaires du rang des Forces terrestres algériennes[1],[2]. Plusieurs facteurs contribuent à l'éclatement du conflit : l'absence d'un tracé précis de la frontière entre l'Algérie et le Maroc, l'irrédentisme marocain autour de la notion du « Grand Maroc », la découverte d'importantes ressources minérales dans la zone contestée ainsi que le refus du gouvernement de l'Algérie indépendante, présidé par Ahmed Ben Bella, de reconsidérer les frontières héritées de l’ère coloniale tel que cela a été reconnu et admis le 6 juillet 1961 lors d'une convention signée à Rabat par Ferhat Abbas, président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), et Hassan II, roi du Maroc. Le colonel Houari Boumédiène en 1962, le général Khaled Nezzar en 1990 et le général Liamine Zéroual en 1993. Par ailleurs il lui est confié la défense des « intérêts vitaux et stratégiques du pays » . Ainsi l’armée est explicitement autorisée à participer à des théâtres d'opération à l'étranger. Pour l’armée algérienne, l’opération des FAR à El Guerguerate est une «agression». En 1994, en pleine guerre civile à l'issue incertaine, les militaires proposent à Abdelaziz Bouteflika de revenir au pouvoir. Le 19 juin 1965, un coup d'État militaire renverse le président président Ben Bella et porte le colonel Houari Boumédiène, alors ministre de la Défense, au pouvoir ; Ben Bella est emprisonné jusqu'en juillet 1979 puis assigné à résidence jusqu'à sa libération en octobre 1980. Cependant, pendant guerre de Libye en février 2011, conflit dans lequel l'Otan était le principal belligérant, le statut géostratégique de l'Algérie demeurait incertain, voire menacé. Durant les années quatre-vingts, l'armée connaîtra un développement considérable. Les désaccords frontaliers de l'Algérie avec la Tunisie et la Libye semblent avoir été résolus de façon pacifique. Selon un rapport publié par le Congrès américain, daté du 19 décembre 2016, l’Algérie a signé entre 2012 et 2015 des contrats d'armement avec la Chine d’une valeur de 600 millions de dollars, contre des acquisitions entre 2008 et 2011, d'une valeur de 300 millions de dollars[66]. Initialement une armée populaire, elle se transformera, sans aucune aide externe, vers la fin du conflit en une véritable armée de métier dotée d'une solide expérience de la lutte contre les guérillas et dans les bombardements aériens tactiques. La réorganisation de l'institution militaire s'avéra presque inopérante à partir du début des années 1990. Pour ce faire, l'État-major de l'ANP dispose de 3 départements inter-armées: emploi et préparation, logistique et organisation, approvisionnements; de services: service des sports et service national, de commandement organique que représentent les commandements de forces et opérationnels formés par les commandements de régions militaires[19]. Général de corps d’armée; Général de division; Général de brigade; Colonel; Lieutenant-colonel Chef de bataillon, Commandant; Capitaine; Lieutenant; Sous-lieutenant; Aspirant; Major; Adjudant-chef; Adjudant; Sergent-chef; Sergent; Caporal-chef; Caporal; 1ère classe; 2ème classe; Armée de l’Air. Depuis cette date, le budget de la défense ne cesse de croître pour atteindre en 2013, 9,7 milliards de dollars. L'organisation révolutionnaire par l'action armée qu'elle avait déclenchée provoque une rupture totale avec les vieilles méthodes d'opposition politique. Lors de la visite du président russe Vladimir Poutine les 10 et 11 mars 2006, des accords ont été signés entre l'Algérie et la Russie concernant d'importantes acquisitions de matériels de défense[50]. L’Armée algérienne dispose chaque année d’un budget considérable dont le montant avoisine les 11 milliards de dollars. Cet état de fait inquiétait au plus haut point en Algérie, qui a craint que ces armes ne soient utilisés par les organisations terroristes qu'il combat depuis des années. Ils constitueront l'armée de la République algérienne démocratique et populaire. Deux ans après, en novembre 2009, il aurait de peu échappé à la mort, lors d’une embuscade de l’armée algérienne à Bouzguen, en Kabylie, rapporte le Cep. À partir de l'année 2000, l'Algérie et l'OTAN ont engagé un dialogue qui se traduit sur le terrain par des manœuvres communes qui engagent d'une part les Forces navales algériennes avec les différents partenaires qui composent l'OTAN, l'objectif étant d'instaurer un dispositif pour la sécurisation des points stratégiques en Méditerranée. Beaucoup de personnes parlent d’officiers (que des officiers jamais des autres sous-officiers, soldats !) Le premier novembre 1954, les premiers coups de fusil des premiers combattants, illuminent le ciel de la Patrie. nécessaire]. La crise de l'été 1962 ou l’Affaire des wilayas, mit devant un péril mortel la République algérienne à peine née, après une terrible guerre qui a duré huit longues années. La Garde républicaine algérienne[33] a pour missions de : assurer la garde ; protection et la défense des édifices et lieux relevant de la présidence de la République, assurer l’exécution des services d’escorte et de parade du Président de la République, la participation aux festivités nationales et religieuses sous le patronage du président de la République, et la participation aux festivités équestres et musicales nationales et internationales. En 2020, l'Algérie comptait 45 millions d'habitants, soit 18,5% habitants au km2. Selon l'article 77 de la Constitution, le président de la République est le Chef suprême de toutes les Forces armées de la République, responsable de la Défense nationale[18]. Ce sont les Régions militaires qui sont touchées par cette nouvelle purge qui reflète les divergences au sommet de l'armée algérienne. Créées en juillet 1962 (au lendemain de l'indépendance), les forces aériennes algériennes dispose de 461 aéronefs (dont 241 de combats en 2011) et de 14 000 hommes répartis sur 13 bases aériennes[2]. Cependant, à l'indépendance de l'Algérie, et avant que cet accord ne soit ratifié, une coalition menée par Ahmed Ben Bella et soutenue par l'Armée de libération nationale (ALN) évince Ferhat Abbas du gouvernement. Pour l’accomplissement de ses missions, le Commandement de la Garde républicaine est composé de : L'Algérie tenait depuis les années 1980 à assurer une certaine autonomie à l’Armée nationale populaire afin d’éviter une dépendance excessive vis-à-vis des fournisseurs étrangers. Mon lieutenant!!! Elle s'installe également brièvement dans la région de Colomb-Béchar. Rattachée dans un premier temps au Commandement des forces aériennes sous forme d'une division d'arme. En 2019, l'Algérie est classé deuxième client de l'Allemagne en matière d'armement avec un montant de 843 millions d'euros[64]. Soutien au hirak Album de Photos. Voir plus d'idées sur le thème armée algérienne, 5 juillet 1962, 5 juillet. Une année après l'offensive du Nord-Constantinois (20 août 1955), jour pour jour, le 20 août 1956 tenait le Congrès de la Soummam. En mars 1993, l’organisation territoriale du CLAS est restructurée, avec la création de «secteurs opérationnels» couvrant plusieurs wilayas. Le retour de la paix civile permit à l'armée de revenir aux missions qui lui sont dévolues en premier lieu: la défense du territoire. Les systèmes d'armes obsolètes firent l'objet d'un reclassement et l'ensemble des forces reçut un armement récent, avec une attention particulière à l'aviation de combat, à la défense aérienne du territoire[14]. Le décret 02/208 du 17 juin 2002, portant nomination du deuxième gouvernement d'Ali Benflis, portait en son article 2 une précision de taille : « Le président de la République se charge des missions du ministre de la Défense. Mûri par toute une série d'étapes politiques et de transformations culturelles et psychologiques, connaissant les dimensions de son drame comme les impératifs de la lutte anticolonialiste, le peuple algérien, sous la bannière, de son avant-garde révolutionnaire, engagea le combat libérateur. Ses antécédents lointains étaient les unités militaires classiques inspirées du modèle français puis soviétique formées sur le tas au Maroc et en Tunisie pendant la guerre d'indépendance . Dans ce sens plusieurs accords ont été signés : L'usine de la Société algérienne de fabrication de véhicules Mercedes-Benz Algérie (SAFAV-MB), crée en 2014 et implantée dans la commune de Aïn Bouchekif, dans la wilaya de Tiaret, est considérée comme l'un des projets prometteurs de l'industrie automobile en Algérie. Général de corps d'armée Il s'agit d'un officier général. Depuis que l'intensité des combats majeurs a décru en 1998, l'armée a été engagée dans les tâches d'une armée conventionnelle, après plus d'une décennie d'actions anti-guérilla. Le groupe d'insurgés le plus actif est Al-Qaïda au Maghreb islamique, anciennement connu sous le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC). Après le 5 octobre 1988, le pays adopte le multipartisme et la démocratie. Le gouvernement algérien ne contrôle pas encore fermement tout son territoire ; en particulier, un soulèvement anti-FLN, conduit par Hocine Aït Ahmed, se développe notamment en Kabylie. Ces unités, entraînées selon des méthodes coréennes, furent déployées dans les maquis dans des opérations de recherche-destruction, plus communément connues sous le nom de ratissages où elles étaient soutenues par des hélicoptères d'attaque au sol et des forces paramilitaires. Pour faire face au monopole de certaines grandes puissances, à l'image des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Chine et la Russie, sur la fabrication et le transfert des armes, l'Algérie s'est engagée dans une stratégie de partenariat industriel, commercial et technologique, afin de promouvoir d'une part l'industrie militaire du pays, et de réduire d'autre part la facture d'importations d’équipements militaires. Cependant la fonction de chef d'État-major est de coordonner l'ensemble des activités militaires et de lutte contre le terrorisme avec le soutien des commandants des forces terrestres (CFT), aériennes (CFA), navales (CFN) et défense aérienne du territoire (CFDAT). À la fin 2007, des négociations algéro-russes ont eu lieu à propos du remplacement des Mig-29 SMT défaillants par des Su-30 MKA supplémentaires[52]. Entre 1992 et 1999, soit en l'espace de sept ans, les militaires algériens changèrent à deux reprises leur tenue de combat et combinèrent l'usage simultané de divers unités issues de différents corps en les projetant sur trois, quatre, voire cinq théâtres d'opération à la fois. Des sources ont relevé aussi que le ministère algérien de la défense nationale a conclu le 12 septembre 2011 un important contrat avec l’Italie, pour l’acquisition de frégates et de la logistique pour la marine algérienne. Le pays est divisé en six Régions militaires (RM) gardant le même découpage des wilayas historiques pendant la guerre d'Algérie : Chacune de ces régions comprend un quartier-général opérationnel. Les effectifs de ces différentes unités ne cessèrent d'augmenter entre 1993 et 1999 et représentèrent près de 10 000 hommes. Ce qui la contraint à adapter une partie de son dispositif dans la précipitation dans un contexte difficile marqué par la disparition de l'URSS et l'embargo sur les armes auquel le pays fut soumis de la part de certains pays occidentaux pour avoir interrompu un processus électoral qui menait à la victoire des islamistes radicaux[12]. Reconduit à la nomination du gouvernement Ahmed Ouyahia, ce texte est venu, en réalité, préciser que le ministère de la Défense nationale (MDN), est aux mains du chef de l'État. Toutefois, le pouvoir de l'armée dans le pays a formé également un binôme très complexe avec le pouvoir politique grâce à l'influence des services de renseignements à savoir le département du Renseignement et de la Sécurité, du moins jusqu'en janvier 2016 où ces services ont été complètement séparés de l'armée, sous le nouveau nom de DSS (Département de surveillance et de sécurité)[15]. de l’armée française au sein de l’armée algérienne. La SIPRI indique qu'en 2009 deux sous-marins classe Kilo/type-636E, quatre systèmes de missiles anti-aériens S-300PMU-2 (code OTAN SA-20B) et trente-huit Pantsir S-1 ont été commandés à la Russie. La professionnalisation des forces armées depuis le début de la décennie s'inscrit dans les priorités du plan d’action des responsables militaires algériens, lesquels s’atèlent à donner une nouvelle image de cette institution longtemps réputée pour être fermée sur elle-même. Plusieurs hauts responsables algériens ont été démis de leurs fonctions ou déférés devant la justice algérienne qui avait, ces derniers mois, ouvert une série d’enquêtes sur des faits présumés de corruption visant des hommes politiques et d’affaires accusés d’avoir profité de leurs liens privilégiés avec l’entourage de l’ancien Président Abdelaziz Bouteflika. Les six frégates sont classées parmi les meilleures de leur catégorie, pour lesquelles l’Algérie déboursera une somme estimée à 4 milliards d’euros. La stabilité politique pour laquelle le pays a payé le prix fort est appelée à demeurer la ligne conductrice de toute stratégie de riposte ou de sortie de crise. Loin des mythes et des bobards, Saphia Arezki en décortique le noyau central — un peu moins de 200 officiers —, et nous offre une synthèse sans précédent d’un sujet jusque-là mal identifié. En conformité avec l'un des principes de la guérilla, les unités sont formées de petits groupes. Quelque 50 000 djounouds et cadres instruits, hautement disciplinés, forment les bataillons de l'Armée de libération nationale (ALN). La hiérarchie se compose des groupes suivants : Les Forces armées algériennes, souvent appelées « Armée algérienne » dans le langage courant, sont la force militaire de la République algérienne démocratique et populaire chargée de la défense du pays et de la protection des intérêts nationaux de l'Algérie. Une stratégie qui avait permis à l'Armée nationale populaire d’assurer l'approvisionnement de certains équipements au moment où le pays était soumis à l'embargo sur les armes dont il avait besoin pour la lutte antiterroriste durant les années 1990. Cette même stratégie permet aujourd’hui, alors que la crise financière internationalepersis… Toutefois, cet exercice s'avère toujours délicat. Le phénomène s’est accentué principalement pendant la dernière décennie, où l'armée a été pendant trop longtemps occupée à pourchasser les réseaux terroristes, ne faisant plus attention aux flux migratoires massifs. Pour la première fois, l’Armée nationale populaire (ANP) algérienne rejoint le club des armées capables de fabriquer leurs propres missiles. ! La consolidation des industries militaires locales et leur développement demeure un souci de premier ordre. L’armée algérienne se classe parmi les 10 armées les plus puissantes de la région Moyen-Orient-Afrique du Nord, selon le magazine américain Forbes, « Pendant des années, le pays a dû lutter contre des extrémistes islamistes nationaux sur son territoire et doit faire face à la porosité de certaines frontières comme celles de la Libye et du […] C'est ainsi qu'en 1986, elle a entrepris une opération de restructuration, reposant essentiellement sur la mise en œuvre de grandes unités mêlant puissance de feu et mouvement graduels, autrement dit les divisions de combat, équipées de systèmes d'armes très sophistiqués et autres équipements nécessaires à l'utilisation et à la maintenance de ces systèmes. Pendant l'été 1963, les deux pays renforcent leur dispositif militaire le long de la frontière. Le Résumé du Jour des Médias. L’incroyable liste des détournements de l’ex Président Aziz ... Sans même évoquer la réception de matériel médical provenant de Chine dont l’armée algérienne s’est chargée au seul profit des hôpitaux militaires, le plan de lutte contre la crise sanitaire est d’abord l’affaire désormais des … Après avoir été structurée comme une « armée populaire » politisée à l'ère Boumédiène, et en conservant son allégeance au Front de libération nationale (FLN) durant les années de parti unique de l'histoire algérienne, les forces militaires ont été officiellement dépolitisés en 1988, quand un système multipartite a été introduit. Le Front de libération nationale (FLN) et l'Armée de libération nationale (ALN) indissolublement liés, ont puisé l'un et l'autre leur raison d'être dans la volonté de libération de la nation algérienne, contre le joug colonial et en s'appuyant sur les énergies vives du peuple tout entier. L'offre est renouvelée en 1999. Les choses se sont précipitées avec le décès, hier matin, de Gaïd Salah d'une crise cardiaque », écrit le journal au lendemain de la nomination du nouvel homme fort de l'armée algérienne.